Lundi 8 janvier 2018

Billet spirituel de Janvier 2018

info document - JPEG - 110 ko

Le temps de la confiance

Le temps de l’Avent que nous venons de vivre pour préparer la Nativité du Rédempteur s’écrit avec un « e » et non avec un « a » comme on pourrait être tenté de le faire. « Avent » vient du latin adventus qui signifie « le fait d’être arrivé ». Le Sauveur est venu, Il s’est incarné. Nous sommes appelés à l’accueillir en nous et à y ordonner toute notre vie. A-t-Il trouvé un cœur tellement rempli de ses préoccupations, de son égoïsme qu’il n’y avait plus de place pour Lui , comme à Bethléem ?

« Je vous annonce une bonne nouvelle » … elle n’a pas fait la « une » des journaux ni des informations de 20 heures et c’est pourtant l’événement central de toute l’histoire de l’humanité : « c’est une grande joie pour tout (tous) le(s) peuple(s)… aujourd’hui vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur » (Lc 2,10-11). Et si notre cœur pouvait être un peu encombré nous l’avons accueilli dans la Foi et l’Espérance, avec une Charité que nous essayons d’incarner par toute notre vie. 

C’est la confiance « avisant » sa terre pendant le temps hivernal. En regardant les champs, le citadin pourrait avoir l’impression que la vie s’est arrêtée ou que les arbres qui ont perdu leurs feuilles sont morts (comme le pensent les africains quand ils arrivent pour la première fois en France.) Mais l’homme de la terre sait par expérience que derrière le visible, la vie se développe en profondeur, elle engendre les racines qui permettent à la plante d’atteindre sa maturité et à l’arbre de donner ses fruits.

Le contact quotidien avec la création permet de prendre conscience d’une réalité plus profonde, telle que Dieu l’a voulue. «  Dieu ne regarde pas comme les hommes, car les hommes regardent l’apparence, mais Dieu regarde le cœur » (1S 16,7b).

La Vierge Marie est entrée dans cette confiance en la parole de l’ange malgré les épreuves « elles vérifieront la qualité de votre foi »… jusqu’au pied de la croix ! Quand nos sécurités humaines disparaissent nous sommes appelés à nous appuyer sur des fondations plus profondes : « ma forteresse et mon roc, c’est Toi ».

Il ne s’agit pas de fuir les réalités du présent mais de les aborder avec la force de la Foi. Il nous revient d’apporter nos cinq pains et nos deux poissons et de les déposer dans les mains de Dieu, ils Lui permettront de nourrir 5000 personnes, car « rien n’est impossible à Dieu. »

Abordons cette nouvelle année dans la confiance car «  l’amour parfait bannit la crainte ». Dieu est fidèle. Le curé d’Ars, un paysan, disait : « c’est la confiance surtout que Dieu demande. Quand Il est seul chargé de tous nos intérêts, il y va de de sa justice et de sa bonté de nous aider et de nous secourir.  »

Belle et sainte année. 

Père Xavier Roquette

Le père Xavier Roquette se trouve actuellement à Pointe Noire en République du Congo où il a été envoyé pour fonder une fraternité de la Société Jean Marie Vianney avec un prêtre congolais. Nous pouvons porter cette fondation dans notre prière.

Documents à télécharger