Mardi 19 avril 2011

Les rogations

par Frère Eric

Les rogations sont des prières publiques et solennelles dont le but est d’attirer les bénédictions de Dieu sur les biens de la terre.
Les rogations sont souvent célébrées les lundi, mardi et mercredi qui précèdent le jeudi de l’Ascension. Cette année 2011, les Rogations sont célébrées les 30, 31 mai et 1er juin.

Rogation vient du verbe latin « Rogare » demander.
Elle est une prière de demande, c’est Jésus lui-même qui nous invite à demander : « Demandez et vous obtiendrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira… » (Lc 11,9).

rogations
rogations

La cérémonie des rogations est très ancienne, elle fut instituée en Gaule au quatrième siècle, grâce à Saint Mamert, évêque de Vienne en Dauphiné, afin d’obtenir la fin des calamités qui menaçaient la région à cette époque. Saint Mamert ordonna un jeûne de 3 jours et institua des litanies. Les tribulations cessèrent sur le champ.
Au huitième siècle les rogations furent étendues à l’Eglise universelle.

Les rogations sont souvent célébrées les lundi, mardi et mercredi qui précèdent le jeudi de l’Ascension (cette année, les 30-31 mai et 1er juin) et elles ont 3 axes :

  • Pour notre saint Père, le pape
  • Pour la paix dans le monde
  • Pour le monde agricole

Pour ce qui concerne le monde agricole, les rogations sont des prières publiques et solennelles dont le but est de détourner de nous les calamités et d’attirer les bénédictions de Dieu sur les biens de la terre, en particulier les cultures et les troupeaux.

rogations à Magnas
rogations à Magnas

Il peut être bien de se donner rendez-vous à un calvaire au bord d’un champ ou à une église puis de partir en procession en chantant les litanies des saints, de lire un psaume (Ps 69 par exemple), de dire des Pater et des Ave Maria, et de bénir les champs et les troupeaux.
Si c’est possible la messe est ensuite célébrée dans la chapelle ou l’église proche du lieu de fin de procession.

Ces prières de rogations sont à vivre, non pas comme une recette (l’apport d’unités d’azote) que donne le coup de goupillon du prêtre sur les champs mais comme une invitation à rentrer plus profondément dans la sagesse et la miséricorde de Dieu comme Créateur de la terre et de ce qu’elle contient.*
On pourrait dire que cette bénédiction des biens de la terre est un appel à refaire confiance en Dieu qui conduit toutes choses à bonne fin.
C’est là que réside la sagesse paysanne : le paysan est l’homme capable de discerner la présence et l’action de Dieu dans la Création. Il est l’homme de l’admiration, il voit ce que les autres ne voient pas et par là il devient l’homme de l’adoration.

Pourquoi le paysan travaille-t-il de plus en plus le dimanche ? * N’est-ce pas, dans la plupart des cas, parce qu’il perd ce sens de l’adoration ? Sous la pression économique il n’arrive plus à faire confiance à Dieu, pourtant si c’est le Créateur, le vent ou la tempête ne sont-ils pas capables de se taire à sa voix, la pluie n’est elle pas capable d’abreuver la terre quand Il le demande ?

A la Salette la Vierge Marie dira :
« Je vous ai donné six jours pour travailler, je me suis réservé le septième et on ne veut pas me l’accorder. C’est ça qui appesantit tant le bras de mon Fils […] Si la récolte se gâte, ce n’est rien qu’à cause de vous autres. Je vous l’avais fait voir l’an dernier par les pommes de terre, vous n’en avez pas fait cas. C’est au contraire : quand vous en trouviez des pommes de terre gâtées, vous juriez, vous mettiez le nom de mon Fils au milieu. Elles vont continuer, et cette année, pour la Noël, il n’y en aura plus. »

Dieu veut donner beaucoup à ses enfants qui le prient avec confiance et audace, que ce temps des rogations soit une occasion favorable pour Lui de donner en surabondance aux paysans qui demandent… « car quiconque demande reçoit. » (Lc11,10)

* N.D.L.R. : Il y a l’ordre de la technique et il y a l’ordre de la prière. Il y a l’ordre de l’effort et il y a l’ordre de la confiance en la Providence. Dans le livre d’Osée, il y a la différence entre la demande uniquement intéressée où l’on risque d’assimiler la prière de demande à un moyen technique, et la demande d’un retour à Dieu : « cherchez le Royaume de Dieu et sa justice et tout le reste vous sera donné par surcroit »