Mardi 19 janvier 2010

Le bois raméal fragmenté :

une solution pour passer l’été sans arroser

Un des soucis de l’agriculteur, comme du jardinier, est d’éviter que ses plantations souffrent du stress hydrique. Jacques Dupéty a expérimenté le bois raméal fragmenté (BRF).

Ce terme BRF désigne des résidus de broyage de rameaux de bois. Le principe du BRF, en simplifiant, est d’étaler sur le sol ces résidus de rameaux de bois et d’y semer directement sa production. Les plantes y croissent à merveille, et sans arroser.

Jacky Dupety, agriculteur sur les Causses du Quercy, en a fait l’expérience. Suite à la sècheresse de 2003, il recherchait un moyen d’humidifier le sol. Par l’intermédiaire d’internet, J Dupety accède à la documentation publiée par le professeur Charles Lemieux et le groupe de coordination sur le BRF, de l’université de LAVAL au QUEBEC. « La simplicité de la technique et son intérêt m’ont poussé sans hésiter à essayer sur une parcelle » indique J Dupety.

Dès la première année, les résultats qu’il obtient sont étonnants. Sans avoir arrosé de la saison, ni au semis, ni au repiquage, et malgré une situation particulièrement exposée à la chaleur, les plantes (tomates, courges,n citrouilles,…) n’ont pas souffert de stress hydrique. La première année la récolte est normale, la seconde est de 50% plus importante.

Une méthode simple

Le BRF, c’est avant tout du bois vivant. Il ne faut pas utiliser de copeaux, ni de sciures, ni de déchets de menuiserie. Le bois est prélevé sur les arbres en les taillant, ou tout simplement en les entretenant. On choisit des branches d’un diamètre inférieur à 7cm, sans feuilles, et de préférence d’essences locales. Les résidus sont à proscrire. Une collecte qui se fait généralement en hiver, période creuse de l’année.

La matière première ainsi acquise est ensuite fragmentée dans un broyeur. Un broyeur de type agricole, s’adaptant sur la prise de force du tracteur est idéal. Une fois cette étape achevée, il est important que le broyat soit épandu dans les 24 -36 heures. Il ne faut pas qu’il chauffe.

Le broyat est ensuite à étaler sur une épaisseur de 5 cm. Dès que des champignons apparaissent (des petits filaments blancs de mycélium des champignons basidiomycètes), la surface doit être griffée. Le griffage s’effectue au tracteur ou à l’aide du croc à fumier sur les 5 premiers cm du sol. Il ne reste plus qu’à semer directement et à ne plus perturber le sol. Les années suivantes, il suffit de rajouter une couche pardessus celle de l’année passée.

Des résultats étonnants

Sur les terres des Causses du Quercy (un sol compact interdisant le travail à la bêche), après 4 mois, le sol est devenu meuble et structuré sur 15 cm sans intervention de l’homme. J Dupety a semé des courges, des citrouilles, des melons et des tomates sans arroser. « Je n »ai jamais constaté de stress hydrique" souligne ce dernier. Seule remarque, la première année, après 4 à 5 semaines, les plantes souffrent du manque d’azote.

Outre le fait de ne pas avoir à arroser, le BRF présente de multiples intérêts.

  • Grâce à la lignine du BRF, la température est stable et moyenne ( 1°C de différence), le Ph est neutre, l’humidité constante.
  • Les basidiomycètes ( champignons) présents dans le BRF sont générateurs d’antibiotiques naturels, des antibiotiques utilisés par les plantes en cas de besoins.
  • Il n’y a pas besoin d’irriguer, ni de fertiliser ni de traiter.

En 2005, soit sur sa seconde campagne en BRF, J. Dupety a obtenu une récolte de 50% supérieure à celle de 2004 sur une surface de 1000m². Cela sans arroser, sans traiter et sans avoir à déplorer de maladies. Ses tomates n’ont pas eu de mildiou et leur goût nettement amélioré lui a ouvert le marché des restaurants trois étoiles.

Des désagréments minimes.

Seule une adventice peut poser problème : le chiendent qui adore le BRF. Il faut l’éliminer au préalable, ou semer dans un premier temps de la phacélie qui va l’étouffer. A noter que l’ail, en revanche,n’apprécie pas le BRF qui conserve trop d’humidité pour sa culture.

J Dupety envisage de faire des céréales sur BRF dans les années qui viennent.

Muriel GAUCHET de l’Action Agricole Picarde de Juin 2006

Site internet de J dupety : http://fermedupouzat.free.fr