Jeudi 16 mars 2017

Billet spirituel - Février 2017

Du côté des racines plus que du côté des branches …

Dans une lettre datée du 9 septembre 1636, Sainte Jeanne de Chantal, à l’issue d’un « tour de France » pour visiter les monastères déjà fondés[1], écrit à propos de la fondation envisagée d’une nouvelle maison de la Visitation : « J’ai bien plus d’inclination que nous nous étendions du côté de la racine que du côté des branches. » Cela sonne évidemment comme une mise en garde.
Elle veut par cette image rappeler à sa correspondante que le fondement de l’humilité est plus important que la multiplication des maisons de l’Ordre. Un enracinement profond garantira la fécondité de la Visitation. N’est-ce pas une loi essentielle à appliquer à bien des œuvres humaines ? Donner la priorité aux racines pour que les branches soient solides ? On peut s’amuser en imaginant que « hors sol » aurait sans doute signifié pour Sainte Jeanne de Chantal : sans humilité…
En ce mois de février, où se tiennent les 27èmes Journées Paysannes sur le thème : « A la lumière de l’Evangile et de la sagesse paysanne, quels chemins inventer  », nous aurons à cœur d’y participer par la prière toujours nécessaire pour nous enraciner en Dieu et dans sa volonté.
On n’invente pas à partir de rien. Il y a la lumière de l’Evangile, il y a la sagesse paysanne, il y a aussi maintenant l’histoire des Journées paysannes depuis leur fondation : tout cela doit nous aider à discerner la volonté de Dieu qui, pour ce qui regarde notre salut, est clairement et suffisamment manifestée dans la Parole de Dieu et qui, pour tout ce qui regarde les affaires temporelles de nos vies, se découvre aussi à travers les événements, à condition qu’ils soient vus dans la lumière de Dieu car Dieu ne se contredit jamais. Quelle est la volonté de Dieu ? Que nous dit-Il par la grâce de la nature et l’œuvre de sa grâce ?

Faire la volonté de Dieu, cela a été la nourriture du Christ : « Jésus leur dit : «  Ma nourriture, c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre.  » Jn 4, 34.
Au cœur de la prière chrétienne, Jésus a demandé et nous fait demander : «  Que ta volonté soit faite ». Pour la faire, il faut la connaître et pour la faire bien, il est avantageux non seulement de la connaître mais aussi de l’aimer. Ainsi nous la goûterons mieux, nous la mangerons avec plus d’appétit : nous la ferons plus facilement.
C’est une nourriture qui rend fort, qui permet de grandir et de se développer. C’est une nourriture qui rend heureux. Le plus long psaume de la Bible, le 118, longue méditation et rumination sur la Parole de Dieu commence, tout comme le premier psaume par ce mot : «  Heureux  » pour nous conduire, 176 versets plus loin, à cette conclusion : «  Je n’oublie pas tes volontés . »
Puissent ces Journées nationales porter du fruit. Que les branches à venir puissent compter sur notre prière. Et si les fruits ont leur saison, la prière, elle, est de toutes les saisons !

  « Pourvu que ta volonté se fasse en moi, en toutes tes créatures, je ne désire rien d’autre, mon Dieu. » Charles de Jésus.

Père Cyril Farwerck

[1] Sainte Jeanne de Chantal mourra à Moulins en 1641 après avoir fondé 87 monastères de la Visitation, dont 13 du vivant de Saint François de Sales.